Yves Duteil
Madame S„©villa

Notre école était rue Legendre, à huit heures, il fallait descendre
La maison, juste au coin en bas, ressemblait au ch√Ęteau de Blois
Des gargouilles au bout des gouttières, la façade était tout en pierres
Et les balcons de fer forgé en feuillages entrelacés

Le voisin au deuxième étage se plaignait beaucoup du tapage
Quand je jouais sur le piano en marquant du pied le tempo
Sur la place, au bout du trottoir, c'était la rue Léon Cosnard
Rien que le nom, c'était trop beau ! Ça nous faisait jusqu'au métro

Mais tout au fond dans ma mémoire, il manquait un bout à l'histoire
D'autres images et d'autres lieux, le passé semblait déjà vieux
Et puis un soir, tout près d'Avranches, un vendredi ou un dimanche
Depuis la sc√®ne et c√īt√© cour, je vous ai vue en contre-jour

J'ai reconnu, du haut des marches, la silhouette et la démarche
Cinquante ans se sont envolés, mon enfance a ressuscité
Vous aviez toujours fière allure
Des cheveux blancs jusqu'aux chaussures
J'aurais voulu vous embrasser mais j'étais trop intimidé

Je vous ai dit "Bonjour ma√ģtresse" avec cette infinie tendresse
Que vous posiez entre nos mains à l'école, tous les matins
C'était au cours préparatoire, récitations et cours d'Histoire
C'était si loin mais d'un seul coup, je me suis souvenu de tout

L'odeur des craies, les sacs de billes sous le préau, les cris des filles
Les bons points dans les bo√ģtes en fer, les pupitres avec nos affaires
J'ai pris votre bras pour descendre, nous étions toujours rue Legendre
C'est pour vous seule que j'ai chanté, ce soir-là, pour vous remercier

De ces riens, bonheurs ou bêtises
Qui vous forgent, qui vous construisent
Et vous restent comme un trésor qui se tait mais qui brille encore
Mes plus beaux souvenirs d'enfance dormaient là, dans votre silence
Je croyais les avoir perdus et soudain, vous êtes apparue

Votre regard, tout près d'Avranches, un vendredi ou un dimanche
Dans la lumière de vos yeux bleus, renouait le fil des jours heureux
Et puis un jour, c'est votre fille qui, de la part de la famille
Nous a fait part de sa douleur, vous étiez partie pour ailleurs

Le lendemain, de cette adresse parvenait un mot de tendresse
Comme un signe sur le chemin, une lettre de votre main
Le bonheur de nos retrouvailles n'aura duré qu'un feu de paille
En nous laissant sur le tableau un grand soleil comme un cadeau

Et dans le cŇďur, tout pr√®s d'Avranches, un vendredi ou un dimanche
Votre sourire et votre voix, madame Jeanne Sévilla.


Mirror lyrics:

Votre sourire et votre voix, madame Jeanne Sévilla.
Et dans le cŇďur, tout pr√®s d'Avranches, un vendredi ou un dimanche

En nous laissant sur le tableau un grand soleil comme un cadeau
Le bonheur de nos retrouvailles n'aura duré qu'un feu de paille
Comme un signe sur le chemin, une lettre de votre main
Le lendemain, de cette adresse parvenait un mot de tendresse

Nous a fait part de sa douleur, vous étiez partie pour ailleurs
Et puis un jour, c'est votre fille qui, de la part de la famille
Dans la lumière de vos yeux bleus, renouait le fil des jours heureux
Votre regard, tout près d'Avranches, un vendredi ou un dimanche

Je croyais les avoir perdus et soudain, vous êtes apparue
Mes plus beaux souvenirs d'enfance dormaient là, dans votre silence
Et vous restent comme un trésor qui se tait mais qui brille encore
Qui vous forgent, qui vous construisent
De ces riens, bonheurs ou bêtises

C'est pour vous seule que j'ai chanté, ce soir-là, pour vous remercier
J'ai pris votre bras pour descendre, nous étions toujours rue Legendre
Les bons points dans les bo√ģtes en fer, les pupitres avec nos affaires
L'odeur des craies, les sacs de billes sous le préau, les cris des filles

C'était si loin mais d'un seul coup, je me suis souvenu de tout
C'était au cours préparatoire, récitations et cours d'Histoire
Que vous posiez entre nos mains à l'école, tous les matins
Je vous ai dit "Bonjour ma√ģtresse" avec cette infinie tendresse

J'aurais voulu vous embrasser mais j'étais trop intimidé
Des cheveux blancs jusqu'aux chaussures
Vous aviez toujours fière allure
Cinquante ans se sont envolés, mon enfance a ressuscité
J'ai reconnu, du haut des marches, la silhouette et la démarche

Depuis la sc√®ne et c√īt√© cour, je vous ai vue en contre-jour
Et puis un soir, tout près d'Avranches, un vendredi ou un dimanche
D'autres images et d'autres lieux, le passé semblait déjà vieux
Mais tout au fond dans ma mémoire, il manquait un bout à l'histoire

Rien que le nom, c'était trop beau ! Ça nous faisait jusqu'au métro
Sur la place, au bout du trottoir, c'était la rue Léon Cosnard
Quand je jouais sur le piano en marquant du pied le tempo
Le voisin au deuxième étage se plaignait beaucoup du tapage

Et les balcons de fer forgé en feuillages entrelacés
Des gargouilles au bout des gouttières, la façade était tout en pierres
La maison, juste au coin en bas, ressemblait au ch√Ęteau de Blois
Notre école était rue Legendre, à huit heures, il fallait descendre


Relevant Tags:
MMadame SS„©villa adame „©villa aMdame „S©villa jadame z„©villa jMadame zS„©villa Mjadame Sz„©villa kadame w„©villa
kMadame wS„©villa Mkadame Sw„©villa nadame d„©villa nMadame dS„©villa Mnadame Sd„©villa Maadame e„©villa Mdame eS„©villa
Mdaame Se„©villa Mzdame x„©villa Mzadame xS„©villa Mazdame Sx„©villa Mqdame a„©villa Mqadame aS„©villa Maqdame Sa„©villa
Msdame S„„©villa Msadame S©villa Masdame S©„villa Mwdame S„©©villa Mwadame S„villa Mawdame S„v©illa Mxdame S„©vvilla
Mxadame S„©illa Maxdame S„©ivlla Maddame S„©billa Maame S„©bvilla Maadme S„©vbilla Maxame S„©cilla S„©cvilla
Madxame S„©vcilla Maeame S„©gilla Maedame S„©gvilla Madeame S„©vgilla Mafame S„©filla Mafdame S„©fvilla Madfame S„©vfilla
Marame S„©viilla Mardame S„©vlla Madrame S„©vlila Macame S„©vjlla Macdame S„©vjilla Madcame S„©vijlla Masame S„©v9lla
S„©v9illa Madsame S„©vi9lla



HOME
Popular Songs:
true love

maldad

rare diamond

i admire you so much

l'avventura

li„© par le sang

georgia

la muerte sobre un papel

tu seras mon ami

the killing moon [live liverpool]

this sinking ship

healing hand of time

una serate come tante

people in the valley

juokse

only the names have been changed

genug

from where i'm sitting

la mer

face down

(C) 2012 MirrorLyrics. All rights reserved. contact us