Francis Cabrel
Je Rãºve

La petite fille de mes dimanches
Mettait toujours sa jupe plissée
Elle marchait raide comme une planche
Pour pas salir le vernis des souliers
Si ces bouts brillaient au soleil
Elle sentait les bigoudis de la veille
Elle portait sa couronne d'épines
Pauvres pantins de naphtaline

On me mettait des soquettes blanches
On me faisait la raie sur le côté
Dans mon beau pantalon du dimanche
J'allais faire semblant de prier
J'arrivais le premier à l'église
Pour ne pas que les autres médisent
On mettait les enfants en vitrine
Pauvres pantins de naphtaline

J'aurais toujours au fond de moi
Cette image jaunie, cette odeur d'autrefois
J'aurais toujours au fond de moi ...

Mais aujourd'hui j'ai quitté mon village
Dans mon qartier à pas de clocher
Et les gamins du quizième étage
Emmènent leur copine au ciné
Mais chaque fin de semaine
Il y a des images qui reviennent
Et chaque fois qu'un samedi se termine
Je revois les pantins de naphtaline

J'aurais toujours au fond de moi
Cette image jaunie, cette odeur d'autrefois
J'aurais toujours au fond de moi ...

La petite fille de mes dimanches
Qui mettait toujours sa juppe plissée
Et qui marchait raide comme une planche
Pour pas salir le vernis des souliers

La petite fille de mes dimanches
Qui mettait toujours sa juppe plissée
Et qui marchait raide comme une planche
Pour pas salir le vernis des souliers



Mirror lyrics:


Pour pas salir le vernis des souliers
Et qui marchait raide comme une planche
Qui mettait toujours sa juppe plissée
La petite fille de mes dimanches

Pour pas salir le vernis des souliers
Et qui marchait raide comme une planche
Qui mettait toujours sa juppe plissée
La petite fille de mes dimanches

J'aurais toujours au fond de moi ...
Cette image jaunie, cette odeur d'autrefois
J'aurais toujours au fond de moi

Je revois les pantins de naphtaline
Et chaque fois qu'un samedi se termine
Il y a des images qui reviennent
Mais chaque fin de semaine
Emmènent leur copine au ciné
Et les gamins du quizième étage
Dans mon qartier à pas de clocher
Mais aujourd'hui j'ai quitté mon village

J'aurais toujours au fond de moi ...
Cette image jaunie, cette odeur d'autrefois
J'aurais toujours au fond de moi

Pauvres pantins de naphtaline
On mettait les enfants en vitrine
Pour ne pas que les autres médisent
J'arrivais le premier à l'église
J'allais faire semblant de prier
Dans mon beau pantalon du dimanche
On me faisait la raie sur le côté
On me mettait des soquettes blanches

Pauvres pantins de naphtaline
Elle portait sa couronne d'épines
Elle sentait les bigoudis de la veille
Si ces bouts brillaient au soleil
Pour pas salir le vernis des souliers
Elle marchait raide comme une planche
Mettait toujours sa jupe plissée
La petite fille de mes dimanches


Relevant Tags:
JJe RRãºve e ãºve eJ ãRºve ke dãºve kJe dRãºve Jke Rdãºve ie 4ãºve iJe 4Rãºve Jie R4ãºve me gãºve mJe gRãºve
Jme Rgãºve ne tãºve nJe tRãºve Jne Rtãºve he 5ãºve hJe 5Rãºve Jhe R5ãºve ue fãºve uJe fRãºve Jue Rfãºve Jee eãºve
J eRãºve Je Reãºve Js Rããºve Jse Rºve Jes Rºãve J3 R㺺ve J3e Rãve Je3 Rãvºe Jf Rãºvve Jfe Rãºe Jef Rãºev
Jr Rãºbe



HOME
Popular Songs:
dirty livin'

struggling to redesign

places where pharoahs go (interlude)

mary jane

living in your head

egyedã¼l maradtunk

elegia

rescue me

ghetto

sã´ nã¦r sã´ nã¦r

los chimes

grimaud

love song

everything will be alright

co co

le freak

the only ones

cara a cara

con olor a hierba

ok, it's alright with me

(C) 2012 MirrorLyrics. All rights reserved. contact us